University High School Student Life : Mes études aux USA !

15 juin
2014
Posted in: Université
By    4 Comments

Partir étudier aux États-Unis !

Et bien voilà, ma 1ère année d’université est arrivée à son terme. Encore une année que je n’ai pas vu passer.BOOKS
Mes évaluations de fin d’année se sont bien terminées et tous mes crédits ont été validés.  Me voici maintenant en chemin pour une 2ème année où je vais me lancer dans un « Bachelor » en Psychologie et un Bachelor en Espagnol. Et puisque j’ai un petit avantage en Français, j’en profiterais bien entendu pour décrocher un Bachelor en Français au terme de mes 4 années. Et l’autre bonne nouvelle,

c’est les VACANCES !!!vacances

et c’est le moment idéal pour « recharger mes batteries », passer du temps avec ma famille et mes amis. Je retourne en France pour environ 2 mois et je compte bien venir vous parler français pendant des heures. :)

Mais avant de mettre aussi mon Blog en vacances, et comme quelques personnes souhaitent avoir des renseignements, je vais vous parler de l’université.

Partir étudier aux États-Unis ! Alors pour tous ceux qui auraient l’idée de partir étudier aux États-Unis, je vous fais un petit article récapitulatif qui pourra peut-être vous encourager.

Commençons par le début.

Aux États-Unis, comme en France l’université propose, un cursus d’enseignement supérieur qui permet de préparer 3 types de diplômes : « Bachelor », « Master » et « Doctorate » que l’on peut comparer à notre système français « License », « Master » et « Doctorat ».

Il faut savoir que le diplôme de « Bachelor » s’obtient en moyenne en quatre ans et ce diplôme est aussi appelé
« Undergraduate Degree ».

Lors de la 1ère et 2ème année, tu es obligé de suivre les matières dites obligatoires. Oups, je m’aventure dans des explications un peu compliqué. Pour faire simple !!! Les matières obligatoires sont très nombreuses, mais tu ne peux pas toutes les prendre. Et forcement, celle que tu laisses ne sont plus obligatoire. Ensuite, tu choisis des cours ou tu souhaites te spécialiser, et il y en a aussi beaucoup. Alors là, tu as encore le choix parmi des matières dites obligatoires, ou parmi des matières dites de spécialitées « major ».
Je vous avais prévenu !interrogation_min

Dans mon cas:
Obligatoire : Espagnol, Anglais, Art, Maths, Psychologie et Histoire.
Spécialisation : Psychologie et Espagnol. (Vous voyez mes spécialités sont aussi dans mes cours obligatoires)

Tout ça pour dire qu’à la différence de la France, tu n’as pas besoin de faire un choix définitif pour ton orientation professionnelle.
Les cours que tu vas prendre pendant les 2 premières années, ne seront pas handicapants pour le choix de ta spécialisation.
Tu peux par exemple étudier la psychologie ou le commerce comme « major » en undergraduate school, puis intégrer ensuite une école de droit. Et pour couronner le tout, tu peux aussi changer de major autant que tu le souhaites.BHSU

Le choix est relativement vaste, et va des sciences à la psychologie, en passant par l’histoire, le droit, ou même la musique. Avec ce principe, je trouve personnellement que le système éducatif américain est vraiment très intéressant et très original. Car un étudiant peu bénéficier d’un programme d’études qu’il pourra adapter à ses besoins, à ses intérêts et voir même à ses capacités. Un autre avantage de ce système, permet aux étudiants les plus doués, de progresser à un rythme plus rapide que les autres.
L’autre point non négligeable, est que les universités américaines bénéficient de moyens financiers considérables et les établissements profitent aussi d’une grande liberté qui leur permet une grande souplesse.

En revanche tout ceci a un prix. Eh oui, une année universitaire coûte environ 15 000 dollars dans une Université d’État et peut aller jusqu’à 60 000 dollars dans certaines universités prestigieuses comme Harvard, Princeton, Yale ou Columbia.

Partir étudier aux États-Unis !
Du coup, peu de familles peuvent financer totalement les études. La plupart des étudiants sont donc souvent obligés d’avoir recours aux bourses, au travail étudiant, mais aussi aux emprunts, ce qui est le cas de la plupart de mes amis.

 

Don't Panic

Pour intégrer une université américaine, tu dois premièrement parler anglais.  Ça, tu l’auras compris c’est bien évidemment indispensable. Mais rassure-toi, pour ceux qui ont le pauvre niveau standard du BAC français, rien n’est perdu.

La plupart des universités américaines proposent un semestre d’intégration. Une solution indispensable et malgré tout très séduisante, puisque tu pourras dans un premier temps te familiariser avec ce nouveau système éducatif, mais aussi acquérir une plus grande autonomie pour suivre les cours en toute tranquillité.

Il faut aussi savoir, que tous les futurs étudiants étrangers qui souhaitent venir aux États-Unis étudier à l’université,  doivent fournir une transcription de tous leurs diplômes et de toutes leurs notes. Pour obtenir l’équivalence des diplômes, on doit s’adresser à un traducteur assermenté et agrée par le gouvernement américain.

Vous avez compris, il est conseillé de prévoir quelques mois de préparation pour réunir tous ces papiers.

Les cours peuvent se dérouler soit en amphithéâtre avec des centaines d’étudiants, ou dans des classes de petites tailles auxquels participent uniquement un petit nombre d’étudiants.
L’ambiance dans une salle de classe universitaire américaine est très dynamique. C’est là je pense, une des recettes séduisantes du système d’enseignement américain. Car on est systématiquement invité à partager son avis, défendre ses opinions et participer aux discussions de classe qui se font régulièrement. En fait, les Américains sont très ouverts et discutent facilement, il est donc facile d’augmenter ses amies.

Chaque cours donne droit à un certain nombre de crédits. Ce nombre correspond au nombre d’heures qu’un étudiant passe en classe chaque semaine. Un cours équivaut en général à trois ou cinq crédits. Un programme complet correspond environ à 12 ou 15 heures de crédit et bien entendu, un certain nombre de crédits doivent être obtenus pour obtenir son diplôme. Evidemment , il ne suffit pas d’être présent en cours pour valider son année, encore faut-il réussir ses évaluations chaque semestre.

Ensuite si durant ton cursus, ton programme t’oblige à continuer tes études dans une autre université plus spécialisée, et bien la plupart des crédits obtenus dans le premier établissement, sont comptabilisés et validés dans la nouvelle université pour l’obtention de ton diplôme. Ça permet ainsi de ne pas perdre d’années et d’obtenir son diplôme selon les délais prévus.

Voilà pour les études classiques, mais il existe parallèlement un enseignement supérieur à cycle court qui dure 2 ans et qui décerne un diplôme appelé « Associate Degree ». C’est l’équivalent en France d’un DEUG, ou d’un BTS, mais au final les étudiants ayant terminés leurs études dans une université à cycle court, poursuivent souvent leurs études dans une université de cycle long afin d’obtenir un « Bachelor ».

smiley okCroyez-moi ! Les études aux US sont géniales, l’ambiance universitaire est trop top. Si vous avez un brin d’opportunité pour partir étudier aux États-Unis, alors lancez-vous. Faites l’effort de quitter pendant un instant votre famille et vos amis. Quoiqu’il arrive, vous en reviendrez toujours gagnant, la langue, les échanges sociaux et culturels que vous rencontrerez, seront des atouts incomparables que vous n’auriez jamais pu obtenir en restant dans notre grand « village » la France.GoodBy

A tous ceux qui pour une raison ou une autre, décroche ou devienne allergique à notre système français, rien n’est perdu. Surtout ne vous découragez pas, il y a d’autres opportunités qui vous tendent la main dans le monde.

A bientôt !!!

« Marine »

Marine


4 mai
2014
Posted in: Université
By    3 Comments

Spring Break à Seattle !

Hello ! Je me décide enfin à vous parler de mon voyage à Seattle;  Spring Break à Seattle.map-seattle-usa

Spring Break à SeattleCôte Ouest, Pacifique !

Seattle la ville natale de Jimi Hendrix et de Bill Gates. Mais aussi la ville qui a vu naître le 1er Starbucks.

Mon 1er Spring Break c’est passé dans l’état de Washington à Seattle.

Je suis partie avec Lois, ma copine française, et nous avons commencé notre ballade avec une halte à Denver dans le Colorado, chez Jesse  un copain de l’université, ou nous avons passé une nuit chez ses parents.
Malheurs !  Si vous aviez vu la maison. Un truc de fou. Une maison immense avec un confort à faire pâlir.  Ce n’est pas la première fois que je vois des maisons comme ça aux US, mais je ne m’y suis toujours pas habitué.
Grand pays, grande maison, grande voiture,  c’est l’Amérique quoi !

Le lendemain matin, nous avons pris l’avion pour Seattle.

À notre arrivée, mes parents nous ont fait une petite surprise.  Nous qui voulions passer inaperçues et pouvoir nous organiser toutes seules. Eh bien non ! Ce ne sera pas pour cette fois.  Mais c’était plutôt sympa d’être attendus par un chauffeur de limousine qui nous a conduits à notre Hôtel en Lincoln noire. Trop classe !!!

Et hop, une semaine de vacances !  Notre premier jour a été bien évidemment de courir dans les magasins. Un bon moyen pour commencer à découvrir la ville. Dommage que la pluie était au rendez-vous.  Ce n’est que le deuxième jour que la visite à vraiment commencé.
Nous sommes allées visiter le port, les quais, et le centre de Seattle.  Ah effectivement ça nous a un peu changés de notre petite ville de Spearfish.
Seattle compte environ 650 000 milles habitants.

Grey anatomy

Et mardi direction la fameuse tour que tout le monde connaît.  Le « Space Needle ». Mais si, vous vous rappelez dans la série « Grey’s anatomy ».Seattle Grace Mercy Hospital
D’ailleurs au sujet de cette série, nous sommes aussi passées devant le célèbre « Seattle Grace Mercy Hospital » qui est en fait un bâtiment de la station de Radio Télévision « KIRO TV ». Donc pas de malades ici !

 

Ensuite nous avons pris le bus vers « Discovery park » le plus grand parc de la ville. Un endroit privilégié pour des dizaines d’espèces d’oiseaux. Nous avons vu aussi le petit phare sur la plage qui date de 1881 et qui indique la limite nord de la « Elliott Bay ».Discovery park

Mercredi a été une journée pas trop cool ! Matin devoirs, mais en revanche,  l’après-midi direction le « Gum Wall ». Un mur entièrement recouvert de chewing-gums usagés.

Gum Wall

Pour la petite histoire, dans les années 1990, quand les gens s’impatientaient en faisant la queue pour obtenir des billets pour le théâtre, ils se sont mis à coller leur chewing-gum sur le mur. Et maintenant, c’est devenu une attraction touristique.

Green Lake

Ensuite, nous avons pris le bus pour « Green Lake », un lac d’eau douce situé dans le nord de Seattle. Nous avons pu prendre un petit bateau pour aller voir la maison de Tom Hanks dans le film « Steepless in Seattle » (nuit blanche à Seattle).

 

Seattle ChinatownJeudi matin,  encore un peu de shopping avant d’aller visiter le « Chinatown » de Seattle et le « Pioneer Square », le quartier historique de la ville  (fondation de la ville).

Et pour notre dernier jour, nous avons commencé par nous payer un petit resto sur les quais (spécialité poisson et fruit de mer). Et pour finir cette semaine géniale, nous nous devions d’avoir le souvenir d’une traversée avec le ferry « Bainbridge Island » pour rejoindre la ville de Bainbridge situé à 30 minutes de bateau de Seattle. C’est une île assez bourgeoise, ou il fait bon vivre et/ou les habitants (qui ont les moyens) viennent s’installer pour vivre tranquillement à l’écart de la ville.
La belle vie !

Voilà comme vous avez lu, notre 1er Spring Break est loin des clichés des étudiants qui font la fête pendant 5 jours. Nous avons eu une excellente semaine entre copines, que nous n’avons pas vu passer. Notre chauffeur de limousine est revenu nous chercher à l’Hôtel et nous sommes reparties vers le Sud Dakota avec des souvenirs plein la tête, plein les yeux.

« Marine »

ZooEffect WordPress plugin


9 mar
2014
Posted in: Université
By    8 Comments

Anniversaire de mon blog !!!

2nd-birthdayJe ne pensais pas que mon blog allait devenir grand.

Déjà 2 ans ! Le 9 mars 2012, mon blog a vu mon histoire vers l’Amérique commencer.
Je me souviens très bien de toutes ses émotions, de peurs et aussi d’impatiences à découvrir ce pays que j’avais toujours rêver. Et bien aujourd’hui mon blog a 2 ans et je remercie tout le monde de m’avoir encouragé à publier les 34 articles, et surtout d’avoir déclenché les 188 super commentaires qui ont permis de continuer encore et encore à écrire tous ses articles.

Je sais bien qu’un jour il va finir par s’épuiser. Et ce sera normal ! Blog, tu ne pourras pas rester jeune toute l’éternité. Et bien lorsque viendra ce moment, j’espère et j’imagine qu’apparaitront de gentils commentaires qui viendront raviver ta flamme. Je suis sûr que ce jour, tu sauras malgré tout, retrouver le courage et l’enthousiaste de tes débuts, pour nous raconter encore quelques petites histoires merveilleuses.

Petit blog ! Longue vie à toi et bon anniversaire.

Happy Birthday Blog

Aujourd’hui, je vous écris depuis Seattle dans l’état de Washington (près de Vancouver, Canada), ou je suis venu passer une semaine de « Spring Break » avec ma copine Loïs. Nous sommes parties vendredi en voiture vers Denver dans le Colorado (7h de route), ou nous avons sauté dans un avion samedi pour nous envoler sur la côte ouest. Nous sommes arrivées hier à Seattle. Autant vous dire que nous attendions ce « Spring Break Trip »  avec impatience. Le rêve continue, cette ville est magnifique et je vous promets de vous en dire un peu plus dans mon prochain article.


Gros bisous à tous !

« Marine »


2 fév
2014
Posted in: Université
By    6 Comments

Vivre la vie de vos rêves !

Lois et moiFormidable !

La vie ici est formidable, à l’inverse du titre de Stromae, je passe toujours des moments formidables.

Aujourd’hui, pas d’article sur ma vie à l’université, mais une petite parenthèse sur mon temps libre, visites et sorties entre amis.

Hé Ho !! La seule étudiante Frenchie de l’université, et peut-être même du Sud Dakota, n’est plus seule.
Figurez-vous que ma petite expérience a fini par donner des idées. Une copine de collège, que je n’avais plus revu depuis la 3e, m’a recontacté dernièrement et s’est décidée à s’inscrite à l’université.
Trop génial !
Les 2 copines de l’époque se retrouvent à nouveau pour étudier dans la même université et à 9000 kms.
Alors attention ! La France s’installe à Black Hills States University.

En parallèle, et petit à petit, mon cercle d’amis américains s’agrandit.  J’ai toujours mes 2 copines préférées, Sierra ma colocataire et Madie, m’a super copine de classe, qui contribue énormément à me faire rencontrer d’autres Américains.


Car il ne faut pas croire, ce n’est pas parce qu’on est française que tout le monde s’intéresse à vous. Je dirais plutôt que c’est parce qu’une Française s’intéresse à eux que les Américains s’intéressent à vous.
Hum !!! Vous avez compris ?
Bon OK ! C’est vrai que nous les Français, avons comme réputation, un brin de « chic à la Française ». Mais ça ne fait pas tout.

Avec Lois, la « New Frenchie » et notre petite bande d’Américains, nous parcourons régulièrement les alentours de Spearfish.

Un week-end, nous sommes allées à une soirée country dance. Je me suis éclatée ! Moi qui ne suis pas attirée par la danse, et en plus de la danse avec des chorégraphies, j’ai vraiment été surprise de rentrer dans le jeu aussi facilement.

Une autre fois, nous avons visité la NATURE !  Ici, il a des parcs naturels absolument magnifiques.
Nous sommes dans une région, ou les plaines, étendues à perte de vue, viennent rejoindre les montagnes des Black Hills  « collines noires » qui grimpe jusqu’à 2 200 m d’altitude.
Si vous aimez la nature « encore sauvage », c’est ici que vous devez venir. Le seul bémol, est que nous sommes loin de l’océan.

Dans un autre registre, et là, je suis sûr que cela va angoisser certaines personnes.
Nous allons nous diriger vers le deuxième amendement de la Constitution des États-Unis d’Amérique, qui fait l’objet de nombreux débats.
En Amérique tout le monde sait que posséder des armes est tout à fait légal. Et du coup, savoir s’en servir semble évident. Alors, un de nos amis américains, a eu la bonne idée de nous initier à cette activité plutôt inhabituelle pour nous les petites Françaises. Rassurée vous, tout cela s’est déroulé avec sécurité. Notre ami instructeur, étudiant comme nous à l’université, très scrupuleux sur la sécurité, nous a bien encadrés.
Pour ceux qui n’ont jamais touché à ses petits joujoux, vous vous demandez peut-être quelle est la sensation de tirer au fusil à pompe.
Eh bien, la première chose à vérifier est de vous assurer d’être bien calé sur le sol, car le recul est très surprenant, et il vaut mieux bien tenir son arme si on ne veut pas qu’elle vous échappe.
Je dois dire que pour moi, ça n’a pas été évident du premier coup. Lois est beaucoup plus à l’aise que moi à ce petit jeu et s’en est donner à cœur joie.
Malgré tout, cette expérience était très intéressante, et au moins si  je devais un jour appuyer de nouveau sur une gâchette, je ne serais pas surprise. (Mamie ne t’angoisse pas tout va bien !)

marine-glacial

Le temps est toujours glacial ici et les épisodes de neige se succèdent. Un petit -10 est toujours bon à prendre. Soyons patientes, les beaux jours arrivent bientôt !

Voilà, et à la façon du précédent article, je vous laisse découvrir en musique, des photos de nos balades.

« Marine »

ZooEffect WordPress plugin


This site is protected by WP-CopyRightPro